ENTRETIEN FREDERICO FREGNAN AVEC DE BELLES PHOTOS
Mikalet   
1,901 messages | 711 images
le 11-01-2019, à 16:03
Sujet

www.rustandglory.com/gli-in...



je me suis permis une traduc gogole



Dans le petit tonneau, il y a du bon vin, comme quelqu'un s'en souviendra parfois. Federico Fregnan le sait bien, car les gros tonneaux n'en ont jamais voulu, mais il a bien pensé garder tous les petits qu'il a rencontrés dans sa vie. Et de toujours rechercher les plus rares et les plus beaux.

Je sais que certains d’entre vous se demanderont s’il s’agit d’un site de motos ou de vins millésimés (également millésime bien sûr) ou, tout simplement, d’un coup dans la tête. Rien de tout cela: pour Federico, les petits - au sens de déplacements - apprécient tellement qu’ils en ont accumulé plus de cinquante, certains très rares et prestigieux, dans une collection privée que l’on peut visiter sur rendez-vous. Il s’agit d’un vélo de régularité, ou enduro selon l’âge du lecteur, compris entre 50 et 125 centimètres cubes, strictement deux temps: les petites bêtes ressemblant à des bêtes qui ont grandi dans les années 70 et 90. il ne peut qu'avoir apprivoisé au moins une fois dans sa vie ceux qui, "quand on ouvre la valve", semblent avoir l'air de remonter dans le temps.

Quali sono le moto che da sempre hai desiderato e che, dopo tanti anni, hanno arricchito la tua collezione?

I miei due sogni sono sempre stati la Sachs 50 e la Zundapp 50. La Sachs perché da ragazzino, alla fine degli anni ’70, dopo ottimi risultati nel campionato triveneto e italiano, mi era stata promessa dalla casa una versione “Competizione”. Una volta arrivato alla Sachs Italia, la moto era lì ma, purtroppo, non più disponibile a causa di alcune modifiche alla testa del cilindro che l’avevano resa inaffidabile. Tornato a casa, comprai un Fantic 50 Competizione e vinsi il campionato triveneto ma la Sachs blu, bellissima, mi rimase sempre nel cuore. Per averla dovetti corteggiare per anni un preparatore ufficiale Sachs, Gaiardoni di Brescia, che alla fine cedette dopo che gli promisi di tenerla sempre perfetta e insieme ad altre moto di “pari lignaggio”.

Federico, un entrepreneur de Trévise dans le secteur des machines à café, a également été propriétaire de Fantic Motor, le glorieux constructeur de motos italien qui est resté en vie entre 2003 et 2014, en plus de remporter de nombreux titres mondiaux. une période très difficile pour le secteur. Il produit actuellement les bottes d'enduro RG historiques, des chefs-d'œuvre d'artisanat d'aspect vintage et des performances contemporaines qui, comme il tient à le souligner, "ne se vend que pour le cool" et non à grande échelle sur Internet et dans les magasins.


Federico, quelle a été votre passion pour les deux roues et en particulier pour les petits déplacements réguliers?

C'est une de ces maladies familiales impossibles à éradiquer, en particulier chez les fils qui ont grandi dans les années 70 et 80. Mon père courait sur la route et était revendeur Parilla et Gilera à Feltre. J'ai suivi les traces de mon frère âgé de trois ans, en commençant par une Fantic 50 Regularity House. De là, de nombreuses motos se sont succédées, pour des compétitions ou pour un plaisir personnel et, ces dernières années, surtout pour des raisons culturelles et de collection.

Quels vélos avez-vous toujours voulu et lesquels, après tant d'années, ont enrichi votre collection?

Mes deux rêves ont toujours été les Sachs 50 et les Zundapp 50. Sachs car, enfant, à la fin des années 70, après d'excellents résultats aux championnats de Triveneto et d'Italie, la maison m'avait promis une version "Compétition". Une fois arrivé à Sachs en Italie, le vélo était là mais, malheureusement, n’est plus disponible en raison de quelques modifications apportées à la culasse qui l’avaient rendu peu fiable. De retour à la maison, j’ai acheté un Fantic 50 Competizione et remporté le championnat Triveneto mais la belle Sachs bleue est toujours restée dans mon cœur. Pour avoir dû courtiser pendant des années un entraîneur officiel Sachs, Gaiardoni de Brescia, qui a fini par céder après que je lui ai promis de le garder parfait et toujours avec d’autres motos de "lignées égales".

Et le Zundapp?

Lors de la renaissance des six jours de Camerino, j'ai rencontré Titta Tarditti, l'une des coureuses de Zundapp parmi les plus fortes. Nous ne sommes pas devenus amis à la fois: je l'ai trouvé coincé le long du chemin et j'ai refusé de lui donner la fausse chemise que j'avais dans ma poche au cas où je briserais la chaîne. Cependant, le temps efface les scores de la compétition et un peu plus tard, connaissant ma passion pour la Zundapp, m’a révélé qu’un pilote officiel, Klaus-Bernd Kreutz, organisait une compétition. J'ai commencé mon travail de conviction et finalement je l'ai acheté. L’autre que vous voyez près de vous est un autre collectionneur allemand, un grand admirateur de la marque qui, en prenant sa retraite, a décidé de me le vendre après un voyage en Italie, de nombreuses années auparavant, je lui avais donné une machine à café. il avait quitté la moto depuis quelques mois. Il voulait le vendre uniquement à moi et je ne pouvais pas m'empêcher de l'accepter: ce sont des objets auxquels il est difficile d'attribuer une valeur étant donné que chaque pièce est faite à la main spécifiquement pour ce vélo en particulier.

Mais vous n'êtes pas encore complètement satisfait. Droit?

Malheureusement pas! Une autre paire cependant, alors je voudrais arrêter. Il existe un merveilleux Zundapp qui précède quelques années et sur lequel j'ai mes yeux, ainsi qu'un autre Sachs 50 d'un cher ami que je pense avoir presque vaincu grâce à ma cour serrée.

En bref, les deux petits Allemands, avec le très italien Fantic, restent le favori de Federico, mais il étend sa collection à une série d’autres vélos champions en Europe et dans le monde, d’autres fabriqués dans une unité et de marques qui manquent maintenant parce qu’elles sont nées. , a vécu et est mort sur la passion d’entrepreneurs et de techniciens visionnaires. Dans la galerie de photos ci-dessous, nous trouvons en fait Kawasaki, Gas Gas, KTM, SWM, AIM, Gori ...

Or, ces déplacements, associés au moteur à deux temps, ont presque disparu mais les solutions techniques de l'époque restent dans certains cas vraiment extraordinaires. Sans parler du plaisir que seuls ces bourdonnements si méchants et nerveux pouvaient donner: retenir votre souffle et vous essouffler, vous pencher en arrière sur les bosses, accumuler des meurtrissures et des écorchures, puis finir par rire comme une folle assise sur la pelouse ou la bûche. Sensations anciennes dont, malheureusement, les quatorze années de 2018 ne comprendront guère la joie et le sens.

Pier Francesco Verlato


Moto(s) : une mob
Trail King   
59 ans | 145 messages | 56 images
le 11-01-2019, à 16:44

Merci pour ce partage et les magnifiques photos  smiley_15  smiley_15 


Faut qu'ça Ouine !Moto(s) : Fantic Tx 190 x 2 - AIM ZE1 (Gauthier)
Florian.    Web  
Le Gone du Pape du 50 | 47 ans | 2,207 messages | 808 images
le 11-01-2019, à 17:58

Bien joué vieux, j'ai vu l'article ce matin et j'ai pensé qu'il fallait partager le truc aussi  smiley_15
Et les PF de folie qu'il possède  smiley_18  smiley_23 

 


"Le Pape du 50" a représenté une époque bénie dédiée au pisse feu !!
Nous allons essayer de lui rendre hommage, grâce à ce site, et en profitez pour redonner leurs légitimités au tasses !!
Moto(s) : QRO 50 Endurisé (le seul)
Carlovitch1   
54 ans | 677 messages | 177 images
le 11-01-2019, à 21:28

Merci pour le partage, très belle collection !  smiley_15 

Carlovitch1   
54 ans | 677 messages | 177 images
le 11-01-2019, à 21:34

Mikalet a écrit :

https://www.rustandglory.com/gli-indomabili-ronzini-dellepoca-doro/?fbclid=IwAR2fNoCBKFPZHaIKWXdqpArRtcFpqoO-t4D34N3sfiI8GF4h51XjLM4k-Y8





Sensations anciennes dont, malheureusement, les quatorze années de 2018 ne comprendront guère la joie et le sens.

Pier Francesco Verlato


Eh bien, je ne suis pas d'accord avec ça: les petits jeunes d'aujourd'hui sont quasiment les seuls à pouvoir profiter de ce qu'il reste des 50cc 2 temps ! Certes, ils sont un peu plus sophistiqués et généralement bien plus lourds, mais le bruit inimitable (dès que le moteur est un peu préparé) et le plaisir de rouler sur le fil du rasoir avec une moto à la puissance limitée reste.

Zac640   
184 messages | 22 images
le 13-01-2019, à 10:05

Sympa, merci Mimi! smile 

Rembar   
60 ans | 944 messages | 114 images
le 14-01-2019, à 18:12

tu sais mon amour pour les abeilles Michel !!  smiley_18  smiley_15  smiley_15 


Moto(s) : italiennes
Chauvs   
56 ans | 1,191 messages | 1,273 images
le 15-01-2019, à 21:15

 smiley_15  smiley_15 Merci Mimi, y a du lourd chez les poids plumes  smiley_26 

Et le site rustandglory est un nid de reportages et photos fantastiques, motos et voitures ancienne (regardez la vidéo de Steeve Mc Queen sur la Honda Elsinore 250).

Trouvé cet engin sur ce site, électrique (je me disais une culasse sans bougie... et positionnée bizarrement) :


Moto(s) : 2 Oscar Trial, Oscar Fennec, Oscar Can-Am, Fantic caballero, Garelli, Cimatti X13, X16, X19, X21
Le Tigre Fou   
58 ans | 161 messages | 62 images
le 15-01-2019, à 21:40

Une électrique avec un look ancienne, c'est pas con...
Par contre, pour les coloris, va falloir faire un petit effort encore  smiley_17  rire  rire 


Quand-est ce qu'on roule ?Moto(s) : Grosse Dada